symbolique du carnaval et 3 recettes de crêpes

Publié le par La Vie Nature

   
           
La symbolique du Carnaval

                               et

                trois recettes de crêpes

 

 

                           3170550940_0d1445b73c-1--copie-1.jpg

 

 

A l'origine, le Carnaval n’était pas une fête, mais un rituel. La date de sa célébration, qui change d’année en année, dérive de l’antique tradition qui découpe le temps en tranches de 40 jours. Ainsi, la période qui va de l’Epiphanie au mercredi des Cendres unit étroitement le sacré au profane. Car si l’idée du Carême était, dans l’Eglise des premiers siècles, de se préparer à la fête de Pâques, le Carnaval permettait aux gens de vivre des réjouissances issues des anciennes fêtes d’hiver.

 

Au cours des fêtes du Carnaval, toutes les individualités disparaissent sous les masques et le maquillage, permettant ainsi la confusion qui symbolise le chaos.  

16432-carnaval-chalon-1-.jpg   

 

                    
Pour les Anciens, l 'année débutait non en janvier, mais en mars. Le mois de mars était donc le premier mois de l'année, celui du renouveau de la nature et du réveil de la terre. Or, avant toute nouvelle création, le monde doit retourner au chaos primordial pour se ressourcer. Ce chaos était représenté par le Carnaval, au cours duquel un pauvre d'esprit était élu roi et revêtait des ornements royaux. Un âne était revêtu des vêtements épiscopaux et officiait à l'autel. Or, l'âne symbolise notamment "satan", c'est-à-dire l'inverse de l'ordre assuré par l'Eglise.
Les fêtes de Carnaval accompagnent le passage de l’hiver au printemps, de la mort à la vie : elles signalent le renouveau de la nature dans l’exubérance, la fantaisie et l’imagination.
Né en Europe, le Carnaval est propre aux peuples latins, germaniques et nordiques. Il s’installe avec d’autres fêtes chrétiennes au début du Moyen-Age.

     

 Grâce aux déguisements, aux masques, chacun peut oublier pour un temps les tracas quotidiens. Chacun peut changer de condition: les hommes se déguisent en femmes, les disparaît. Le masque de l’hypocrisie tombe : place à la satire et à l’humenfants s’octroient des droits d’adultes. La réserve qui régit habituellement les rapports sociaux our ! 

   C'est aussi l'occasion d'un règlement de comptes collectif, reflet des conflits sociaux, des luttes politiques, des tiraillements entre : l'été et l'hiver, le gras et le maigre, le riche et le pauvre...
C'est une invocation a la fécondité de la terre et de la femme; un exorcisme contre les intempéries, les maladies et les catastrophes.

  

  Historia-do-Carnaval-FOTO1-1--copie-1.jpg

 


Le saviez vous ?
A Carnaval, rien ne se fait sans raison : rites et masques se chargent d’une signification dont les symboles sont très divers. Par exemple, les traditionnelles batailles de confettis ne sont que la survivance de l’antique usage de répandre des graines de céréales et de riz, rites de fécondité qui subsistent dans les cérémonies de

mariage des pays latins

                                                             confetti-1-.jpg
                                                                                                                                                                
Au terme des célébrations, il faut valoriser le rite : les ténèbres de l’hiver sont livrés au feu purificateur. Dans diverses régions, des représentations parfois gigantesques sont livrées aux flammes. Alors, Carnaval est mort, mais il est destiné à renaître. Lui succède donc l’austérité du Carême, qui introduit Pâques, symbole du renouveau.  Le Carême exige le jeûne, Carnaval autorise les outrances.

 Le Carnaval, contrairement à d’autres fêtes, est une fête urbaine.  Carnaval est une forme de contestation même si elle s’exprime dans la dérision.  La cité exprime le lieu de l’ordre: on peut donc opposer le microcosme social organisé qu’est la ville ou le village, au monde chaotique qui se situe hors des murs. Carnaval est ainsi l’expression du désordre, mais il se déroule dans le lieu de l’ordre, la ville. L’ordre et le désordre peuvent alors être perçus comme indissociables . 

 

 

                                                                                      *************************

 

 Autrefois, comme la fête rassemblait un grand nombre de personne, il fallait confectionner des pâtisseries bon marché et vite préparées. Il s'agissait aussi d'utiliser les  réserves de beurre, huile et oeufs, avant les 40 jours de jeûne qui allaient suivre. D'où la tradition des beignets, des gaufres, des crêpes . Il existe une variété infinie de recettes de crêpes.Les portugais n’ont pas ce rituel des crêpes. Pourquoi ne pas  convier quelques amis portugais à cette découverte culturelle ? Par contre le carnaval de Rio est lié à la colonisation portugaise.

Recettes spéciales pour LVN :
 Crêpes bio à la chataigne et au lait de soja

   Pour 10 personnes :

·       3 oeufs

·       600 ml de lait de soja vanillé

·       150 g de farine T65

·       90 g de farine de châtaigne bio

·       3 à 4 cuillères à soupe de sucre complet bio

  • Préparation : 5 mn
  • Cuisson : 20 mn
  • Repos : 60 mn
  • Temps total : 85 mn

               Préparation

1 Verser les 2 farines dans une terrine, faire un puits au centre et y verser les 3 œufs et le sucre. Mélanger.
2 Une fois le mélange bien homogène, verser le lait petit à petit tout en remuant bien.
3 Aromatiser au choix : rhum, eau de fleur d'oranger, huiles essentielles (3 à 4gouttes).
4 Laisser poser 1 heure. Puis cuire les crêpes.

 

 Ingrédients

  • 450 g de farine de sarrasin
  • 2 œufs
  • 1 litre d’eau (ou de lait d’amande)
  • 2 pincées de sel
  • un peu d’huile d’olive pour la cuisson

1.      Mettre la farine dans une jatte et y faire un puit. Casser les 2 œufs, mettre la pincée de sel et commencer à mélanger.

2.      Délayer avec l’eau au fur et à mesure tout en mélangeant.

3.      La pâte est prête ! Pas besoin de laisser reposer.

4.      Faire chauffer une poêle huilée. Et faire dorer les deux faces.

 
 Ingrédients
  • 1 grande tasse de farine de riz
  • 1 grande tasse de lait de soja à la vanille
  • 3 œufs
  • 1 sachet de sucre vanillé

1.      Versez la tasse de riz dans un grand récipient avec le sucre vanillé.

2.      Cassez les œufs et ajoutez les à la farine, commencez à mélangez doucement.

3.      Ajoutez petit à petit le lait de soja à la vanille pour délayez la préparation et évitant de former des grumeaux.

4.      Laissez la pâte reposée 10 minutes.

5.      Faites chauffer une poêle à crêpes. Huilez-la à l’aide d’un papier absorbant. Mettez un peu d’huile sur le papier et frottez la poêle à crêpes avec.

6.      Quand la poêle est bien chaude versez une louche de pâte.

7.      Quand vous voyez que la pâte est bien cuite d’un côté, retournez là et laissez cuire l’autre côté.

 

                      CARNAVALavatar-blog-1004919679-tmpphpZzpyws.gif FELIZ

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Merci bien La Vie Nature pour ces recettes san lait et sans gluten. Je suis, depuis a peut pret un mois, un regime sans gluten ni laitiers et, meme si il y a beaucoup d'aliments que je peu
continuer a manger, j'apprecie enormement de connaitre e essayer des recettes qui peuvent mantenir vivante une memoire alimentaire d'une vie de 45 ans. Merci encore Carmo


Répondre